Med-Inn-Local

Innovations autour de la valorisation des Spécificités Locales dans les Arrière-pays Méditerranéens

Coordinateurs : Geneviève Michon (IRD GRED), Mohamed Berriane Bruno Romagny (IRD LPED)

Coordinateur ANR pour le LRDE : Jean Michel Sorba

  1. 1.LES EQUIPES :

IRD GRED (Montpellier), IRD LPED (Marseille), INRA LRDE (Corti), UMR PACTE (CERMOSEM, Grenoble), UMR LISA (Corti), E3R (UMVA Rabat, Maroc), LERMA (UCAM, Marrakech, Maroc), BiCADE (Univ. La Manouba, Tunisie).

  1. 2.LE PROJET

Dans le contexte contemporain de changement global, de mondialisation et de crises systémiques à répétition, les pays du pourtour méditerranéen sont engagés dans une période de mutations profondes et particulièrement rapides. Leurs espaces ruraux, et en particulier les plus marginales regroupés ici sous la notion « d’Arrière-pays », objet central de cette proposition, connaissent des transformations importantes liées à l’envergure de ces mutations.

MED-INN-LOCAL se propose d’analyser ces transformations, en insistant plus particulièrement sur une des voies liées à l’accroissement mobilisés entre Arrière-pays et espaces globalisés : la mise en avant et la valorisation économique, socioculturelle, territoriale ou politique des spécificités locales à l’origine et à la qualité, le développement de filières de produits spécifiques, ou les formes de tourisme alternatif. Ce faisant, nous cherchons à tester l’hypothèse émise par différents acteurs, à savoir que dans ces arrière-pays s’inventent et s’expérimentent de nouveaux modèles de développement durable qui pourraient conduire à une meilleure gouvernance des territoires et des ressources. Dans cette hypothèse optimiste, où authenticité et spécificité devienne des supports de création de richesse et d’innovation, les arrière-pays qui ont échappés aux grandes transformations productivistes bne sont plus perçus comme des milieux arriérés et immobiles, mais au contraire comme des laboratoires d’innovation territoriale.

Nous proposons d’abord de mieux cerner cette notion de spécificité locale à partir de l’analyse des processus d’émergence et de transmission de ressources territoriales patrimoniales, puis d’évaluer les dispositifs qui valorisent ces ressources : filières de « produits de terroir », tourisme rural. Nous proposons aussi de comprendre comment cette question de la valorisation des spécificités locales modifie la dynamique des relations entre arrière-pays, « avant-pays » et Etat, dynamique dans laquelle se redéfinissent aussi bien les systèmes économiques locaux que les identités et les systèmes de gouvernance.

Notre approche scientifique est à la fois cumulative et comparative. Elle se situe à l’échelle régionale, et croise des travaux sur les arrière-pays des rives nord et sud qui impliquent des équipes françaises, marocaines et tunisiennes. L’adoption de ce point de vue régional et collaboratif permettra de mettre en perspective les enjeux de ces approches par les spécificités locales par rapport à des contextes culturels, politiques et socio-économiques contrastés. Nous questionnerons la durabilité des initiatives engagées au Nord et la pertinence de ces dernières lorsqu’elles sont adoptées au Sud dans le but de valoriser leurs diversités et d’initier une vraie dynamique de renouveau rural.

Notre approche confronte des approches théoriques et l’observation de dynamiques concrètes, dans une démarche résolument transdisciplinaire. Elle combine plusieurs échelles d’analyse complémentaires et articulées : celle des politiques publiques nationales et internationales, celle des projets de développement et celle des diverses formes locales d’action collective. Elle associe des champs de questionnement habituellement disjoints, à savoir (i) ceux qui s’intéressent aux spécificités locales et aux démarches qui les mettent en œuvre, et qui intègrent les notions de patrimoine et de ressources territoriales ; (ii) ceux qui traitent des relations entre arrière-pays et espaces environnants proches ou lointains à travers les questions du tourisme et des mobilités ; (iii) ceux qui s’intéressent aux gouvernances locales et aux relations entre sociétés locales et État dans les dynamiques des territoires et des sociétés

  1. 3.OBJECTIFS GLOBAUX

L’objectif scientifique général de MED-INN-LOCAL est de comprendre les dynamiques qui traversent les arrière-pays méditerranéens en analysant, au niveau régional, les enjeux liés au processus actuels d’innovation territoriale qui reposent sur la valorisation des spécificités locales et des patrimoines ruraux. Les objets abordés comprennent l’émergence de « spécialités » locales commercialisables (produits de terroir labélisés, évènements culturels faisant l’objet d’une promotion commerciale) et la promotion d’un tourisme alternatif basé sur la valorisation de ces spécificités à travers les nouvelles formes de mobilité et de nomadisme. Au niveau du développement, les résultats de la recherche devraient donner aux décideurs et aux organisations locales les bases d’une analyse critique sur les dynamiques qu’elles mettent en place concernant la valorisation des produits locaux et le tourisme rural. Au-delà des objectifs scientifiques, notre ambition est, à terme, de créer un pôle de recherche et de formation transméditerranéen sur ces approches de développement patrimonial et d’innovations territoriales, appuyé sur un réseau de terrains qui permette de construire un « observatoire des arrière-pays » à l’échelle de la région.

  1. 4.UNE ORGANISATION EN QUATRE TACHES THEMATIQUES

Le cadre de programmation et la méthodologie proposée reposent sur la mutualisation de compétences et de dispositifs existants au sein de chaque équipe, permettant la mise en œuvre d’opérations originales.

MED-INN-Local se structure autour de quatre tâches thématiques regroupées par paire dont l’une (T2-T3) est dédiée aux dynamiques des sociétés et des espaces des arrière-pays autour des spécificités locales et l’autre (T4T5) est consacrée aux dispositifs de valorisation de ces spécificités locales et à leur capacité à engendrer un développement territorial durable dans les arrière-pays.

  1. La tâche porte sur la constitution des spécificités locales et les processus d’émergence des ressources territoriales (analyser les conditions et modalités de la conversion des spécificités locales en ressources territoriales, en amont des processus formels d’ancrage et de valorisation).

Contact Corse : François Casabianca (INRA Corte – LRDE)

  1. Il s’agit ici d’analyser l’influence de la valorisation et de la mise en patrimoine des spécificités locales sur les modes de transmission et les innovations des savoirs et des pratiques qui les sous-tendent. La tâche prend également pour objet les recompositions identitaires issues des processus de valorisation.

Contact : Jean Michel Sorba (INRA Corte – LRDE)

  1. Les objets principaux de la tâche sont les dispositifs de valorisation des « produits » : labellisation, certification, qualification, produits de terroir et filières. Les chercheurs s’interrogent sur les conditions qui permettent aux dispositifs de qualification de l'origine de constituer des leviers d'un développement territorial durable respectueux des patrimoines naturels et culturels des arrière-pays méditerranéens.

Contact Corse : François Casabianca

  1. La tâche traite de la valorisation territoriale des arrière-pays par le tourisme (clarifier les différentes formes de tourisme dans les arrière-pays, s’interroger, à partir de l’observation et de l’analyse des processus en cours dans ces régions, sur les capacités de ces formes de tourisme à enclencher des dynamiques de développement dans les arrière-pays).

Contact Corse : Caroline Tafani LISA – Université de Corse)

L’essentiel du travail des 4 Tâches thématiques consiste en des enquêtes et relevés de terrain, selon une approche générale plus cumulative que strictement comparative. Les études de cas seront sélectionnées selon leur pertinence thématique, lors de la première réunion générale du projet, parmi tous les terrains apportés par chaque équipe, de façon pluralité des dynamiques des arrière-pays. Nous veillerons à retenir un ensemble de terrains qui seront suivis pendant toute la durée du projet de façon collective, et des études plus rapides permettant de mettre en lumière l’un ou l’autre des processus de transformation. Nous ne visons pas une approche harmonisée ni la définition de grilles de lecture uniformes pour chaque terrain, mais plutôt l’application d’un répertoire conceptuel et analytique commun.

RESUME ANGLAIS

Mediterranean countries are faced with profound and fast mutations due to global changes and recurrent systemic economic and political crises. Rural territories, and among them the most marginalized that we call here “uplands” and that constitute the central object of this proposal, encounter important transformations linked to the scale of these mutations. MED-INN-Local targets the analysis of these transformations, with a focus on the commercial, cultural, territorial or political development of local specificities through (i) various labelling processes involving geographical indications and environmental quality, (ii) the development of alternative processing and trade chains for local specialties, or (iii) the various new forms of alternative tourism. All these new dynamics are linked to increasing mobility (of people, ideas, techniques, monetary funds) between uplands and surrounding globalized spaces. We want to test an hypothesis commonly raised by various actors in development: “through these dynamics, uplands invent and experiment new models of sustainable territorial development that could lead to better governance of territories and resources”. In this optimistic hypothesis in which authenticity and specificity constitute the support of innovation and wealth creation, uplands that have escaped conversion to capitalist agriculture are perceived not as backwards and immobile countries as they usually are, buts as living laboratories for territorial innovation. We first aim at better understanding the notion of “local specificity” through the analysis of emergence of patrimonial and territorial resources. Then we will evaluate development systems targeting the valorisation of these new resources. Through this double analysis of valorisation systems and dynamics of local specificities, we aim at questioning the dynamics of relationship between uplands, surrounding spaces and States, and the related redefinition of local economic systems, identities and governance systems. Our scientific approach is more cumulative than comparative. It will be developed at the scale of the Mediterranean region, with crossed studies between North and South. This regional and collaborative perspective will allow addressing the issues of development of local specificities in varied cultural, political and socio-economic contexts. We will question in the same movement the sustainability of local initiatives developed in the North, and their relevancy for the valorisation of local diversities and the emergence of a real dynamic of rural revival in the South.

Our approach combines theoretical approaches and the observation of real dynamics, with a transdisciplinary perspective which combines different complementary and articulated scales: public policies at national and international levels, various development “projects”, and various forms of collective action. We associate questions that are usually disjoint: (i) questions about local specificities and their development, with reference to “patrimony” and “territorial resources”; (ii) questions about relationship between hinterlands and surrounding spaces through the development of tourism and other types of mobility (iii) questions about local governance systems and relationship between local societies and States.