Recherche

Domestic

Le projet Domestic est un projet ARIMNET coordonné par le NAGREF (Grèce) et auquel participent également l'IAV Hassan II (Maroc), l'ARI (Chypre) et le LRDE (France).

Ce projet s'intitule "Mediterranean biodiversity as a tool for the sustainable development of the small ruminant sector: from traditional knowledge to innovation"  et vise à comprendre, à partir d'études de cas au sud et au nord de la méditerrannée, les dynamiques territoriales de gestion et de valorisation des populations animales locales de petits ruminants. A partir d'enquêtes auprès d'éleveurs mais aussi d'analyses à dire d'experts nous avons caractérisé les systèmes d'élevage mobilisant ces populations animales locales, cartographié les dynamiques collectives de gestion de celle ci et de valorisation des produits qui en sont issus et analysé les interactions entre ces dynamiques.

Med-Inn-Local

Innovations autour de la valorisation des Spécificités Locales dans les Arrière-pays Méditerranéens

Coordinateurs : Geneviève Michon (IRD GRED), Mohamed Berriane Bruno Romagny (IRD LPED)

Coordinateur ANR pour le LRDE : Jean Michel Sorba

  1. 1.LES EQUIPES :

IRD GRED (Montpellier), IRD LPED (Marseille), INRA LRDE (Corti), UMR PACTE (CERMOSEM, Grenoble), UMR LISA (Corti), E3R (UMVA Rabat, Maroc), LERMA (UCAM, Marrakech, Maroc), BiCADE (Univ. La Manouba, Tunisie).

  1. 2.LE PROJET

Dans le contexte contemporain de changement global, de mondialisation et de crises systémiques à répétition, les pays du pourtour méditerranéen sont engagés dans une période de mutations profondes et particulièrement rapides. Leurs espaces ruraux, et en particulier les plus marginales regroupés ici sous la notion « d’Arrière-pays », objet central de cette proposition, connaissent des transformations importantes liées à l’envergure de ces mutations.

MED-INN-LOCAL se propose d’analyser ces transformations, en insistant plus particulièrement sur une des voies liées à l’accroissement mobilisés entre Arrière-pays et espaces globalisés : la mise en avant et la valorisation économique, socioculturelle, territoriale ou politique des spécificités locales à l’origine et à la qualité, le développement de filières de produits spécifiques, ou les formes de tourisme alternatif. Ce faisant, nous cherchons à tester l’hypothèse émise par différents acteurs, à savoir que dans ces arrière-pays s’inventent et s’expérimentent de nouveaux modèles de développement durable qui pourraient conduire à une meilleure gouvernance des territoires et des ressources. Dans cette hypothèse optimiste, où authenticité et spécificité devienne des supports de création de richesse et d’innovation, les arrière-pays qui ont échappés aux grandes transformations productivistes bne sont plus perçus comme des milieux arriérés et immobiles, mais au contraire comme des laboratoires d’innovation territoriale.

Lire la suite : Med-Inn-Local

Projet Mouve

" Les interactions Elevage et Territoire dans la mise en mouvement de l'intensification écologique"

Projet coordonné par l'UMR MELFORT et financé par l’ANR (Programme Systerra) pour une durée de 3 ans à hauteur de 1 032 532 euros

Mouve réunit 9 équipes de recherche, toutes françaises :
UMR METAFORT, Saint Genès Champanelle
UMR SELMET, Montpellier
UMR DYNAFOR Castanet Tolosan
UR Développement des territoires montagnards et Ecosystèmes montagnards, Cemagref, Grenoble
Laboratoire de Recherches sur le Développement de l'Elevage, Corte
Laboratoire d’Ecologie Alpine, Grenoble
ISARA Lyon
Institut de l’Elevage, Clermont-Ferrand

Projet ALFA

Comment articuler le développement territorial et l'intégration régionale ? Jusqu'au début des années 2000, ces deux dimensions n'étaient pas très présentes dans la construction du MERCOSUR. Le développement territorial était absent et l'intégration régionale surtout pensée comme la mise en réseau des métropoles des pays membres. Le réseau ALFA/REDITIR (Réseau développement territorial et intégration régionale) s'inscrit volontairement à contre-courant de cette option. Les universités uruguayennes, argentines, brésiliennes et paraguayenne qui le composent en association avec des établissements espagnols, portugais et français font au contraire le pari d'une intégration régionale fondée sur le développement d'une coopération directe entre espaces ruraux. Le programme est centré sur le bassin inférieur du Rio La Plata, dans ce qui correspond aux espaces ouverts de la Pampa humide. Les recherches portent sur les grandes transformations qui marquent actuellement l'espace pampéen: avancées du soja, essor des consortiums de culture, déprise de l'agriculture familiale, gouvernances territoriales, dynamiques identitaires... Le bilan de ces travaux a fait l'objet d'une publication collective:

-Pedro Sanchez V. et Alberto Riella (ccord.) Globalización y perspectivas de la IntegraciWn regional. Université de Murcia, 2010.

Projet COVER

COnflits d’usage et de Voisinage dans les Espaces Ruraux et périurbains (quand les conflits durent…)

Les conflits d’usage et de voisinage de long terme sont des révélateurs des processus de mutations des espaces ruraux et périurbains. Dans le projet COVER nous essayons, par une approche pluridisciplinaire, de tester le lien entre ces conflits, repérés et analysés dans dix zones du territoire français et les changements des modes de développement (évolutions des modes et structures de gouvernance, bouleversement des compositions et des relations entre groupes d’acteurs, rupture dans les représentations et actes techniques). Sur le terrain Corse JC Paoli et PM Santucci ont travaillé sur le Cortenais et la Balagne, Romain Melot sur la procédure de discussion du PADDUC. Ce projet, coordonné par André Torre (SADAPT) associe des équipes de l’INRA, du CNRS et des universitaires, géographes économiste et sociologue. Une des tâches principales (WP) du projet, consacrée à la mise en place d’une typologie des conflits observés sur les territoires est assurée par JC Paoli. Le projet, qui s’achève en 2010 a également donné lieu à la mise en place d’une base de données sur les conflits d’espace et à une méthode permettant de typologiser ces conflits. Ainsi, nous distinguons dans les conflits d’espace des conflits ordinaires, dont certains peuvent être longs et répétitifs, mais qui ne donnent pas lieu à une évolution des règles ou des structures de gouvernance, et au contraire des conflits dynamiques qui aboutissent à des évolutions dans la façon de gérer les territoires. Dans cette deuxième catégorie les thèmes des conflits sont des objets partagés par la population locale qui se s’approprie des argumentaires et les porte à un niveau politique. Dans la première catégorie au contraire les conflits restent sectoriels et les plaignants ne parviennent pas à fédérer les populations locales. Les thèmes qui donnent lieu dans nos cas d’étude à une saisine par les populations concernent les espaces hautement symboliques et à forte valeur environnementale : les rivières, les zones de montagnes, le littoral. Ce projet connaît des développements internationaux et locaux. Du point de vue du développement international nous projetons de participer au programme 2011-2115 du laboratoire d’économie et sociologie rurale de l’Institut de Régions Arides (Sud Tunisie) consacré à la gestion des ressources communes dans les pâturages désertiques (Ouara) et les oasis littoraux de l’extrême sud tunisien. Nous sommes par ailleurs inscrits dans le projet européen (Programme Interreg 4C) intitulé Commons (recherche des bonnes pratiques pour la gestion des territoires collectifs en Europe) coordonné par l’Office de l’Environnement de la Corse.